Épargnez 15$ dès 150$ d'achats | code: LGWE15

📦 Livraison gratuite dès 100$

Jeux de bataille chez les enfants : bienfaits et conseils pratiques

Jeux de bataille chez les enfants : bienfaits et conseils pratiques

Avez-vous déjà.... participé à une bataille d'oreillers ? Lutté avec un ami pour voir qui était le plus fort ? Glissé dans un escalier sur un morceau de carton ? Si vous avez répondu oui à l'une de ces questions, c'est que vous avez participé à un jeu physique compétitif.

Les jeux de bataille chez les jeunes enfants mettent souvent les parents et les éducateurs mal à l’aise : d’une part, ces jeux peuvent occasionner des blessures physiques et d’autre part, ils sont perçus comme des déclencheurs de comportements violents ou agressifs pouvant nuire au développement des jeunes enfants.

Or, la recherche démontre que les jeux de bataille, comme toute autre forme de jeu, sont une source importante d’apprentissage pour les jeunes enfants.

Contrairement à une vraie bagarre, ces jeux symbolisent une forme de communication non verbale et une opportunité de socialisation essentielle durant l'enfance.

Que sont les jeux de bataille ?

Les jeux de bataille sont des activités ludiques impliquant des contacts physiques sans l'usage d'objets. Ces jeux incluent la lutte, les poursuites, et les jeux de rôle impliquant un affrontement amical. Ces interactions physiques sont cruciales pour le développement social et émotionnel de l'enfant.

L'émergence des jeux de bataille dans l'enfance

Dès l'âge de deux ans, les enfants commencent à s'engager dans ces jeux, qui restent populaires tout au long de leur enfance. Il est important de noter que la fréquence de ces jeux diminue naturellement avec le temps à partir de l'âge de 8 ans.

Différencier le jeu de la véritable bagarre

Lorsqu’ils jouent à la bataille, les enfants rient ou sourient : leur seul but est de s’amuser. Il ne s’agit pas, par exemple, d’une dispute pour obtenir un jouet. De plus, leurs coups ne sont pas aussi énergiques que lors d’une vraie bagarre. Le plus fort limite même sa puissance et laisse parfois l’autre avoir le dessus. Les enfants font aussi des pauses pour mieux reprendre ensuite. Cela leur permet de réduire la tension, de diminuer les risques de blessures et de faire durer le plaisir.

À l’inverse, les vraies batailles sont courtes et intenses. Les enfants montrent alors des signes de colère. Généralement, on peut trouver une cause au conflit.

Indicateurs qu'il s'agit d'un jeu de bataille:

  • Les enfants ont du plaisir, sourient et rient.
  • Ils ne veulent pas blesser. Leurs mains sont ouvertes.
  • Ils laissent parfois l’autre gagner.
  • Après le jeu de bataille, ils veulent continuer à jouer ensemble.

Signes d'une véritable bagarre:

  • Les enfants veulent se faire mal. Leurs sourcils sont froncés.
  • Ils se donnent des coups de pied et des coups de poing.
  • Ils souhaitent gagner à tout prix et ils ne veulent pas de riposte.
  • Après, ils ne veulent plus jouer ensemble.

Bienfaits des jeux de bataille

Les jeux de bataille offrent de multiples avantages sur le plan développemental :

  • Développement de la motricité et de l'équilibre : Les enfants apprennent à contrôler leur force et à évaluer celle des autres.
  • Apprentissage de la gestion des émotions : Ils apprennent à contrôler leurs impulsions et à gérer des émotions comme la colère ou la peur.
  • Renforcement des liens sociaux : Ces jeux favorisent l'amitié et la coopération.
  • Développement de la confiance en soi : Les enfants apprennent à faire face à des situations conflictuelles de manière saine.

Ces jeux d'agressivité contrôlée contribuent entre autres à:

  • développer le contrôle de soi, sur ses impulsivités et ses muscles (p. ex., contrôler la force avec laquelle il frappe ou pousse);
  • distinguer les comportements qui sont acceptables et inacceptables;
  • apprendre à définir et communiquer ses limites et à respecter celles des autres;
  • faire des compromis et respecter certaines règles;
  • réduire l'utilisation d'agression physique qui blesse.

Ne vous inquiétez toutefois pas si votre enfant n’aime pas se tirailler. Les jeux de poursuite (l'éternel jeu de tag), très populaires auprès des enfants, développent des habiletés semblables à celles acquises lors des jeux de bataille.

L'importance du rôle des parents

Les parents jouent un rôle clé dans l'encadrement de ces jeux. En participant, ils transmettent des valeurs telles que le respect des règles et la maîtrise de soi. C'est aussi une occasion de renforcer les liens affectifs avec leur enfant.

Les enfants qui sont initiés aux jeux brusques jeunes, avec leur père ou une figure paternelle de leur entourage, apprennent à saisir ce qu'est une réelle menace et ont moins tendance à se sentir attaqué au moindre geste.

Quand intervenir ?

Certains parents considèrent les jeux de bataille comme une agression ou le début d’une attaque. Pourtant, selon les recherches, le tiraillage tourne à la véritable bagarre dans moins de 1% des cas, sauf lorsque les tout-petits ont un tempérament agressif. Les études indiquent par ailleurs que les jeux de bataille ne conduisent pas les enfants à la violence.

D'après les observations de Daniel Paquette, professeur à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal, les risques qu'une bataille amicale entre enfants dégénère en vraie bataille sont infimes.

Selon des études, ça arrive dans 0,006 % des cas. «Il y a un lien d'attachement qui se crée entre les enfants quand ça se passe bien. Ceux qui se bataillent le plus souvent sont les plus grands chums», illustre M. Paquette. La recherche indique également que ces jeux physiques apprennent aux enfants à réguler leurs émotions et à résoudre pacifiquement les conflits.

Bien que les jeux de bataille soient généralement inoffensifs, il est important de surveiller et d'intervenir si nécessaire, particulièrement si l'un des enfants ne semble pas prendre plaisir au jeu ou si la situation devient dangereuse.

Lorsque votre enfant et ses amis s’amusent à se chamailler, observez-les bien. S’ils semblent avoir du plaisir, laissez-les continuer. Portez attention cependant aux situations suivantes :

  • Lorsque l’un des enfants a toujours le dessus ou n’a aucun plaisir, séparez-les;
  • Si les enfants se trouvent dans un endroit dangereux (ex. : près d’un escalier), faites-leur remarquer et indiquez-leur un endroit sécuritaire où poursuivre leur jeu;
  • Si la situation semble sur le point de dégénérer, demandez-leur de prendre une pause;
  • S’ils utilisent des objets durs, arrêtez-les.

Quand la bagarre ludique devient-elle problématique ?

Bien que les bagarres ludiques soient distinctes des bagarres réelles, elles peuvent rapidement se transformer en une véritable bagarre. Cela se produit le plus souvent lorsqu'un enfant blesse accidentellement un autre enfant.

Dans une relation normale, les bagarres ludiques ne se transforment en bagarres réelles qu'une partie du temps. Cependant, si cela se produit souvent ou si les enfants se blessent, il est peut-être temps d'intervenir et d'aider vos enfants à apprendre à jouer de manière plus sûre.

Les bagarres entre vos enfants peuvent également être un problème si elles vous causent du stress. Il n'y a pas de mal à fixer des limites à la façon dont ils jouent et à l'endroit où ils le font. Par exemple, vos règles familiales peuvent être les suivantes

  • Le jeu s'arrête dès que quelqu'un dit "Stop !".
  • Pas de batailles dans certaines parties de la maison.
  • Pas de batailles lors de certains moments ou contextes particuliers (dans la voiture, par exemple).
  • Pas de batailles sur les meubles ou sur le lit;
  • Pas de batailles lorsque vous êtes au téléphone;
  • Pas de batailles avant l'heure du coucher

Fixer des limites n'est qu'une autre façon de faire la démonstration à vos enfants de l'importance du consentement.

Les jeux de bataille en milieu éducatif

Dans les milieux éducatifs, il est recommandé d'encadrer ces jeux pour en maximiser les bienfaits. Les éducateurs sont invités à les intégrer dans leurs activités, en veillant à la sécurité et au bien-être de tous les enfants.

Trop peu d'éducateurs dans les services de garde

Alors que les pères s'impliquent de plus en plus auprès de leurs enfants, «les figures masculines disparaissent quand un enfant arrive à la garderie», déplore le chercheur Daniel Paquette. Dans son mémoire, il recommande à la Commission sur l'éducation à la petite enfance de faire en sorte d'augmenter le nombre d'hommes dans les services de garde. Selon les derniers chiffres du ministère de la Famille, qui datent de 2013, le réseau des CPE et des garderies en installation compte environ 32 000 employés dont 98 % sont des femmes.

Conclusion

Les jeux de bataille sont bien plus qu'une simple activité ludique. Ils sont un outil essentiel pour le développement de compétences sociales, émotionnelles, et physiques chez l'enfant.

Il est essentiel de distinguer un jeu de bataille d'une véritable bagarre. Dans un jeu, les enfants rient et s'amusent, sans intention de faire du mal. Leurs mouvements sont mesurés et souvent, ils laissent l'autre avoir le dessus pour prolonger le plaisir du jeu.

En comprenant et en encadrant correctement ces jeux, parents et éducateurs peuvent grandement contribuer à l'épanouissement et au bien-être des enfants.

Références

  • CLOUTIER, Patricia. « Plaidoyer pour les jeux de bataille dans les CPE », Le Soleil, 29 décembre 2016. lesoleil.com
  • Pellis SM, Pellis VC. Les bagarres ludiques au cours de la petite enfance et leur rôle dans la prévention de l’agressivité chronique. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants [en ligne]. enfant-encyclopedie.com. Publié : Janvier 2012.
  • PAQUETTE, Daniel. « Les jeux de bataille », Naître et grandir, avril 2021. naitreetgrandir.com
  • PAQUETTE, Daniel. « Batailles, jeux de bataille et jeux de guerre : doit-on tout interdire? », Défi Jeunesse, vol. 11, no 2, mars 2005, p. 22-28.
  • PARTENAIRES POUR LA PETITE ENFANCE DE LA MRC DES SOURCES. Mieux soutenir nos garçons : cadre de référence. 2017. famillaction.org
  • VIGNEAULT, Alexandre. « CPE : la bataille est aussi un jeu », La Presse, 24 avril 2017. lapresse.ca

Précédent Suivant