Épargnez 15$ dès 150$ d'achats | code: LGWE15

📦 Livraison gratuite dès 100$

Jeu risqué: comment équilibrer sécurité et liberté pour l'épanouissement de votre enfant

Jeu risqué: comment équilibrer sécurité et liberté pour l'épanouissement de votre enfant

Il va sans dire que, dans l'esprit d'un pirate, prendre des risques est la clé d'une aventure réussie, une philosophie que les enfants adoptent naturellement dans leur quête de sensations fortes en explorant les diverses formes de jeu.

Le 21e siècle se distingue par une forte aversion au risque par rapport aux générations précédentes. La fixation de notre société sur la sécurité et le "sans risque" se traduit par des espaces de jeu souvent démunis d'aventure et d'intérêt, privant ainsi les enfants d'opportunités cruciales d'apprendre, d'interagir et d'explorer le monde.

Nuancer le danger et le risque

Le danger et le risque sont inhérents à la vie, et l'enfant les rencontrera inévitablement. L'objectif n'est pas de les éliminer, mais d'apprendre à l'enfant à les reconnaître et à y réagir.

Le danger correspond à « toute source susceptible d’entraîner des dommages (blessures physiques ou atteintes à la santé) ou des conséquences négatives (hospitalisation, incapacité, etc.) pour la personne ».

Par exemple, l’enfant qui désire grimper très haut dans un arbre dont les branches sont fragiles et susceptibles de se rompre sous son poids s’expose au danger. Cette situation peut entraîner des conséquences négatives importantes pour sa santé et sa sécurité.

Le risque est la probabilité que ce danger se concrétise.

La prise de risque : un apprentissage essentiel

La prise de risque est une décision impliquant un choix avec un certain degré d'incertitude.

Plus l’enfant est jeune, moins il est en mesure de percevoir ou d’analyser la situation, car il n’a pas encore développé les habiletés pour le faire. Il n’est donc pas toujours conscient du danger ou du niveau de risque auquel il fait face, d’où l’importance de mettre en place un cadre sécuritaire adapté à l’enfant.

Un compromis et un choix personnel

Pour que la prise de risque soit acceptable pour l’enfant, les avantages (nouvelles habiletés, sentiment de fierté et de compétence, découverte de ses limites, etc.) doivent valoir le prix des inconvénients susceptibles de survenir (se cogner un genou, se salir, chuter, s’érafler la peau, etc.).

Par exemple, faire ses premiers pas exige de prendre le risque de tomber. Il y a également prise de risque quand un enfant décide de marcher sur le tronc d’un arbre au sol tout en sachant instinctivement qu’il peut glisser et perdre l’équilibre. Après quelques tentatives, la réussite permet à l’enfant d’accéder à de nouveaux apprentissages.

Par ailleurs, l'acceptabilité du risque varie selon chaque enfant, en fonction de son niveau de développement, de ses capacités, de son tempérament et de ses expériences.

Triangles Pikler de Kinderfeets

Les bénéfices de la prise de risque pour le développement de l’enfant

Pour favoriser un développement optimal, l'enfant a besoin d'interagir avec les divers éléments qui composent son environnement immédiat. En outre, il a besoin d'explorer le monde de manière autonome, de prendre des risques, d'affronter (et éventuellement surmonter) ses peurs et d'élaborer des stratégies adaptées aux différents défis auxquels il fait face.

Cette interaction active avec le monde est cruciale pour stimuler sa croissance personnelle et sociale.

Dans un environnement sécurisé, l'enfant apprend progressivement à se protéger. Il développe sa capacité à évaluer les risques dans diverses situations, affinant son jugement critique et sa prise de décision. Ces compétences, qui font partie des fonctions exécutives du cerveau, s'aiguiseront au fil de son développement, enrichissant sa compréhension du monde qui l'entoure.

À travers ces expériences, et à mesure qu'il gagne en autonomie, l'enfant devient plus apte à assumer sa propre sécurité et veiller à celle des autres. Il en retirera ainsi du plaisir, de la confiance en soi et de la satisfaction qui découle de ce sentiment de compétence.

En somme, la prise de risque contrôlée et sécurisée est un pilier du développement de l'enfant, lui permettant de naviguer avec assurance dans un monde en constante évolution.

Catégories de jeu risqué

Les enfants s'engagent dans une multitude de jeux non structurés, souvent pleins de risques et d'aventures, chacune offrant des sensations et des apprentissages uniques.

Ces moments joyeux observés à l'extérieur révèlent diverses catégories de risques, qui servent d'outils d'observation et s'enrichissent continuellement grâce à la recherche. Comprendre ces catégories nous aide à saisir les motivations des enfants et les types de sensations fortes qu'ils recherchent.

Jeux en hauteur : Ces jeux incluent l'escalade, le saut, la suspension et le balancement à différentes hauteurs, ainsi que le maintien de l'équilibre en hauteur. La chute représente ici le principal risque de blessure physique.

Jeux à haute vitesse : Cette catégorie englobe les glissades, pirouettes, courses et balançoires. Certains jeux peuvent aussi impliquer des équipements spécifiques comme les skis, luges ou vélos, où l'usage d'équipements de sécurité tels que les casques peut minimiser les risques de blessures.

Manipulation d’outils et d’objets : L'utilisation d'outils a longtemps été un élément clé de la croissance des enfants. Aujourd'hui, bien que moins fréquente, la manipulation sécurisée d'outils tels que scies, marteaux et couteaux reste une expérience riche pour les enfants, sous la supervision d'un adulte compétent.

Jeux turbulents (bataille ou chamaille) : Ces jeux incluent les combats, les jeux de traînée et de poussée. Bien qu'ils soient moins observés dans les écoles, ils sont cruciaux pour enseigner aux enfants le consentement et la gestion des émotions.

Activités auprès d’éléments naturels : jouer près d'éléments comme le feu ou l'eau profonde présente des risques, nécessitant une supervision éclairée et des instructions claires pour une exploration sûre.

Jeux avec risque de s’égarer : bien que nous ne puissions pas laisser les enfants se perdre littéralement, créer des environnements où ils se sentent libres de leur surveillance directe stimule leur sentiment d'aventure et d'indépendance.

Jeux d'impact : rechercher des sensations fortes en frappant ou en brisant des objets, comme la neige ou la glace, ou en se jetant à plat ventre dans l'eau, offre aux enfants une expérience directe des conséquences physiques de leurs actions.

Jeu de construction : construire des structures stables ou instables permet non seulement de développer des compétences motrices, mais aussi d'engager l'imagination et la résolution de problèmes.

Enfreindre les règles : tester les limites et les règles est une partie naturelle du jeu des enfants, leur permettant de comprendre et de négocier les frontières de leur environnement.

Ces catégories ne sont pas seulement des moyens de classer les jeux; elles représentent les diverses façons dont les enfants interagissent avec le monde, testent leurs limites, développent leur confiance et leur autonomie, et apprennent à gérer les risques de manière sécuritaire.

En tant qu'éducateurs et parents, comprendre ces catégories nous aide à guider les enfants à travers leurs aventures, en assurant un équilibre entre la sécurité et la liberté essentielle à leur développement.

Le cas de la glissoire

Les parcs sont conçus pour être sûrs, même si les enfants détournent les jeux de leur utilisation première. Il est important de respecter le savoir-être et de comprendre quand il est approprié de laisser les enfants explorer librement.

Sécurité bien dosée: une question d'équilibre

Offrir une sécurité bien dosée, c'est permettre une prise de risque mesurée et bénéfique. Cette approche peut se traduire entre autres par:

  • un aménagement des lieux sécuritaire, stimulant et fonctionnel;
  • de l’équipement adapté à la condition et au niveau de développement de l’enfant;
  • la communication de consignes claires et concises, adaptées à l'âge et à la compréhension de votre enfant;
  • une attitude bienveillante de l’adulte à l'égard de l'enfant, mais aussi de l'importance accordée à la prise de risque lors du jeu.

C'est dans cet équilibre que l'enfant peut s'épanouir, développer son autonomie et apprendre à se protéger.

Jeu actif

5 idées pour encourager la prise de risque sécuritaire

1. Différencier risque et danger

Comprenez la distinction entre un danger, quelque chose que l'enfant ne voit pas, et un risque, quelque chose qu'il perçoit et choisit d'affronter. Offrez des espaces sécuritaires pour jouer librement.

Si les parents peuvent prévenir les dangers et même souvent les éviter complètement, il est de la responsabilité des petits de prendre (ou non!) des risques.

La prise de risque raisonnable permet d’apprendre à évaluer les dangers et ses capacités, à tester ses limites et à faire des choix éclairés. Cela est bénéfique notamment pour découvrir ses ressources personnelles, développer ses compétences, et acquérir sa confiance et son autonomie.

2. Résister à l'envie d'intervenir

Le plus difficile dans l’idée de permettre à son enfant de prendre des risques? Résister!

Éviter de devenir un parent-hélicoptère réfère à un parent qui est toujours au-devant de son enfant pour aseptiser l’environnement et faire les choses à sa place afin qu’il ne lui arrive rien. Laissez l'enfant expérimenter par lui-même tout en restant vigilant!

3. Développer son sens de l'observation

Alors, que fait-on au parc si nous résistons à l'impulsion d'intervenir? Pas question de se perdre sur Facebook !

Encourager la prise de risque chez nos enfants exige de la part des parents un discernement aiguisé et une pratique constante.

Il est essentiel de rester attentif et d'observer nos enfants, de près ou de loin selon leur âge. Imaginez-les escaladant un rocher : nous les surveillons de loin, prêts à intervenir uniquement s'ils sollicitent notre aide.

Cette approche nécessite une observation minutieuse, une présence engagée et une attention soutenue. Plutôt que de faire les choses à leur place, l'adulte doit :

  • encourager leurs initiatives tout en veillant à ce que le jeu reste amusant ;
  • observer leurs capacités actuelles tout en anticipant leur évolution ;
  • leur proposer des défis adaptés à leur niveau et à leur rythme ;
  • ajuster son soutien et son attitude en fonction de leur stade de développement et de leurs besoins spécifiques.

4. Dédramatiser les blessures

C’est inévitable : si vous laissez votre enfant jouer librement et activement avec les risques que cela comporte, vous aurez à gérer des bleus et des égratignures. L’important demeure de dédramatiser ces blessures bénignes.

En prenant lui-même des risques, l’enfant développera son autoprotection. Oui, il va faire des chutes, mais cela s’inscrira dans sa mémoire. Il apprendra de son expérience. Alors que, si on l’empêche d’essayer, on vient de créer une notion de danger dans son esprit.

5. Offrir des occasions de jeu libre et actif

En pratiquant le jeu libre et actif, l’enfant est plus à même de développer son initiative et de choisir lui-même de prendre des risques. Il teste ses limites, refait et refait les mêmes mouvements pour développer ses habiletés et améliore son autonomie.

Voici quelques verbes clés pour aider les parents à lâcher prise au moment venu:

  • Grimper dans un arbre, dans une structure au parc, sur une roche.
  • Sauter dans l’eau à partir d’un quai ou du bord de la piscine, à partir d’une structure gonflable, d’une roche, d’une structure au parc, d’un banc de parc.
  • Rouler à vélo, sur une planche à roulettes, en trottinette.
  • Essayer de nouveaux sports en famille: ski de fond, raquette, planche à pagaie (paddle board), kayak… C’est en vous voyant prendre des risques que vos enfants auront envie de le faire aussi.
  • Sortir: Il est plus facile de jouer dehors, on y dépense plus d’énergie et les jeunes y font de plus grands mouvements. De plus, cela diversifie le matériel auquel on a accès.

En conclusion

Pour résumer, le danger est une source potentielle de dommages, tandis que le risque est la probabilité que ce danger se concrétise. Il est crucial de mettre en place un cadre sécuritaire adapté, surtout pour les plus jeunes qui n'ont pas encore développé pleinement leur perception et leur analyse des situations.

Le jeu complètement stérilisé de tout risque prive les enfants de la possibilité d'apprendre, de s'engager et d'explorer le monde. Nous encourageons l'esprit d'aventure et la création d'opportunités pour les enfants (et les adultes) d'explorer et de tester leurs propres capacités, de gérer les risques et de grandir en tant qu'enfants résilients et pleins de ressources.

Encourageons les enfants à naviguer dans le monde avec curiosité, courage et confiance, tout en veillant à leur sécurité et à leur bien-être.

Précédent Suivant